Skip to content

notes, master innovation by design

Less is more

Monthly Archives: décembre 2010

<insérer slides JFF>

extrait Mad Men , Don Pitches the Kodak Carousel

http://www.youtube.com/watch?v=yWyLaXCV2_s

Publicités

Juan LIN

La Chine du XXIe est dominée par le capitalisme. Les Chinois sont devenus dépendants de l’Occident, au point que pour certains, leur identité est malmenée d’autant plus que la Chine a connu une profonde rupture avec la Révolution culturelle. Pourtant, cette culture avait fait toute la puissance de la Chine durant l’Antiquité et le Moyen Âge. Quelle est la particularité de l’intelligence chinoise ? Pourquoi la Chine est-elle en rupture avec son passé et face aux nouveaux défis mondiaux, parviendra-t-elle à renouer avec ce passé ?

Le design, plus qu’un simple support d’expression, ne peut-il pas apporter une contribution au débat qui vise à définir la société chinoise contemporaine ?

lien vers le mémoire (pdf)

par jean louis fréchin

Aujourd’hui, raz de marée de pensées, voire de prêt à penser de ce qu’est ou de ce que n’est pas le design
En France 3 ambassadeurs, musso l’imaginaire, pour armand, réinventer l’invention par un ingénieur, il réinvente la création du côté des ingénieurs et pour damien et marc giget.
L’expression d’une pensée du design française.

En France on a tendance à séparer l’utile et le beau.
Pendant la révolution industrielle, les grandes filatures du Nord étaient parfais des amateurs d’art mais ne mettaient pas les arts décoratifs dans les produits qui vendaient contrairement aux pays protestants comme la Belgique, la Hollande ou l’Allemagne.
Donc en France on a un contexte un peu particulier, pays a ne pas avoir de grands programme national de design.
On se plaint d’un déclin industriel mais on a une vraie difficulté à produire pour le grand public en France, a contrario on est fort en B2B de Areva, Thalès etc ..
mais elle a perdu les produits au grand public.
On a parmi les meilleures écoles de marketing du monde, essec, hec …

Un autre paradoxe on est le pays de l’art de vivre, le pays le plus visité au monde . Mais nos produits ne sont pas arts et culture. Car il y a une vraie séparation entre ce qui relève de l’art et de l’industrie.  Il y a une certaine difficulté à appréhender la production industrielle.

Design thinking.
Design à la française totalement irrigué par des conversations avec Hatchuel, Musso , Huyghes et Giget (les 4 mousquetaires français).

On va parler d’histoire et de différents exemples de design ayant impacté plus que des objets.
The thinking of the new Design

Une méthode commerciale pour vendre du design à des organisations, en ne leur faisant par peur.
Si ce n’est il ne faut pas confondre la création et la créativité. La création est un état et la créativité c’est une envie.
La créativité c’est la pression des gens pour exprimer leur talent dans les entreprises.
ex. Le tramway, un tramway une ville, chaque ville est différente et le tramway c’est pareil.
Le designer a fait du méta design avec le tramway. Si on avait bridé la créativité de Monsieur Deboise il n’y aurait jamais eu de tramway en France

Inventeur du mot Minitel , Roger Tallon – fiche wikipedia

Le design Thinking c’est d’abord une histoire de pensée du design mais le design c’est aussi une affaire de penseurs et de personnalités.

Dessiner une locomotive ou proposer un système de transport. cf. H. Dreyfus.
Le design, soi ton est cohérent partout, soit on n’y va pas.

Une des caractéristiques des designers, comme Charlotte Perriand, est que la plupart des designers élargit le champs proposé au départ.
Cette capacité à sortir de son champs d’origine. Le designer est souvent un traducteur, un médiateur qui aide à construire la transversalité. transformer une équipe pluridisciplinaire en équipe transdisciplinaire. Aujourd’hui on ne peut plus travailler tout seul.

Continue reading this article ›

Article de Télérama (15 décembre 2010) sur les travaux d’Alain Renk et Pierre Musso, dossier Villes et Numérique : Telerama Musso Renk 151210 (pdf)

par Pierre Musso

Aujourd’hui on a deux flux d’innovation : celui des labos de recherche et celui qui vient des réseaux sociaux. Les réseaux sociaux sont en train de créer un deuxième flux d’innovation dans la société.
On peut à la fois faire un modèle numérique d’un objet et aussitôt l’expérimenter en ligne quasiment en temps réel. C’est quelque chose de très nouveaux et devrait s’accentuer avec les réseaux très haut débit.
Sinon vous distribuer l’objet à un panel le plus large possible.

En amont, le point de départ quand on a des intuitions, des idées, … ce qui est intéressant dans l’amont du processus d’innovation est que on n’est pas encore figé dans un prototype. On est dans la confrontation des différents partenaires… et c’est foisonnant c’est stratégique. Plus on va vers la maquette, vers le prototype et plu son ferme.
En amont du prototypage, c’est très malléable en numérique. C’est un processus où il n’y a pas simplement les imaginaires des ingénieurs et des techniciens mais il y a de nombreux imaginaires.

Il y a de nombreux freins à l’innovation.
En général, par définition, l’innovation vient bousculer. Tout le problème dans l’entreprise est à la fois d’être avec l’entreprise et aussi d’être contre. Donc il faut très bien connaître l’entreprise et son histoire. Il faut être à la fois dedans et en marge. C’est le plus difficile, il n’y a pas de recette.

L’atmosphère non créative de l’entreprise. L’entreprise doit créer une atmosphère d’innovation (cf. Marshall). Phénomène de répétition, tout le monde va aux mêmes colloques, aux mêmes réunions.
Il faut être à la fois en position de veille, savoir ce qui se fait, et aussi être en décalage.
Il y a redondance des recherches, des concepts.

Et donc le principal frein est culturel.
Il faut sortir du cadre de référence. Il faut être en marge avec rapport au centre.

Continue reading this article ›

par Pierre Musso

Tout se joue sur les facteurs humains
le design n’a d’intérêt que sur la rencontre avec des personnes différentes
arriver à créer des collectifs interdisciplinaires et qu’ils parlent ensemble

le design, l’art, l’ingénierie,  management des projets

une capacité à avoir de projets et des concepts. Si il n’y a pas de vision, ni de méthode, ni de concept , alors il n’y a rien. Il y a un travail de fond avec des visions de long terme.

Le collectif interdisciplinaire et la vision long terme.
A la limite quel est le rêve ?
Plus les équipes sont décentralisées.
La question de l’innovation liées à la technique, et la question de l’imaginaire. L’hypothèse est que l’imaginaire est al matière première de la société aujourd’hui (économie de l’immatériel, de la connaissance)… la capacité à produire, la force productrice est le cerveau.

Pourquoi ?
90% des activités est du service
l’investissement initial coûte très cher et ensuite le coût de production tend vers zéro (le coût n’augmente pas avec la quantité).
C’est un peu comme l ‘économie d’Hollywood , on investit beaucoup et ensuit ele coût de reproduction, de la copie est très faible. Cela change tout car c’est en amont, l’investissement dan sla connaissance, dans l’innovation … qui est le facteur clé.

1. définir la technique et aborder la techno imaginaire
donner du sens et ensuite un usage.
la technique il ne faut surtout pas la percevoir comme un objet fonctionnel. Dans chaque objet, dans un feutre par exemple, il y a toute la cristallisation de la culture d’une société.
2. l’innovation
3. l’imaginaire
4. exemples de l’internet et des innovations techniques

Continue reading this article ›

Bertrand Gilles, l’histoire des techniques


lien amazon

.

Norber Alter, l’innovation ordinaire


lien amazon

l’innovation de tous les jours, les petites astuces, les bricolages.

.

Continue reading this article ›